terre faë

loin sur les mers existe une terre et un havre, accueillant tout être féerique en quête d'absolu et de merveilleux…
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Erin Daen Hithaeglir - Thorsten Renk

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lothenon *Pethdan*
Elfe Gris (Sinda)
avatar

Nombre de messages : 449
Age : 1432
Localisation : Annúminas, Royaume d'Arnor
Date d'inscription : 11/03/2007

MessageSujet: Erin Daen Hithaeglir - Thorsten Renk   Lun 9 Avr - 12:56

Ouvrez bien grand vos oreilles, voyageur...
ce conte issu des Temps Anciens nous a été transmis à travers les Âges par le secret et la magie des Pères des Pères des Hommes...
À présent, c'est le grand, l'immense, le magnifique, l'un de plus grand parmi les grands Sages de ce monde, j'ai nommé Thorsten Renk le Gardien des Langues, qui va vous livrer ce fabuleux récit...

Écoutez attentivement, les mots sont beaux et le récit poignant... triste et beau, comme beacoup d'oeuvres des Premiers-Nés... triste mais fabuleusement beau... un texte qui invite au rêve et à la réflexion...

Un hommage à Thorsten Renk, lui qui rédige des centaines de textes dans ces sublimes langues immortelles des Terres-du-Milieu... Lui qui nous livre chaque jour son savoir et les secrets des Jours Anciens... Lui qui nous initie à la beauté des sons et à la mysticité des mots... Lui qui insuffle beauté et richesse aux sites de Ambar Eldaron et Gwaith-i-Phethdain... sans oublier sa demeure de Parma Tyelpelassiva...

Jetez tout d'abord un coup d'oeil à la transcription en Tengwar de ce conte nommé Erin Daen Hithaeglir, pour enchanter vos yeux...






Erin Daen Hithaeglir

Sa uial en-aur, dan ú-thiant Anor. Ar ring im i daen, ring sui ne thrîw. Ereb i hûl brestant loss ar echant gaint uir-eden. Tailf e-heleg thiliant 'lan a dhínen. In imlaid thianner sui iâ e-dúath. Na vedui lastannen nad nedh dhîn; tâd edain i mudasser amvaded i orod, benn ar bess nith.

Darel, i vess bent nan benn: 'Daro, boe darthad enni, Edryn.'
'Mae, Gwendolyn. Dan ú-balan nan ambrand i-thaen.'
'Tiro in imlaid 'aladhremmin nuin gwath en-fuin. Ar hîth gelebren en-aur. Bain.'
'Mae. Dan pelin cened osp ar noer nan mbar vîn. In yrch narthar gair en-gwaith vîn.'
'Uireb i ndeigor drastar hîdh en-amar. Man lû telitha i meth i-ndeigor hin?'
'Ae hirim i naid i aníram nan daen hen, telitha i veth aen. Amvedim ad?'
'Tolem nan had hen a chired i ngolu thurin in-eryd, dan gerin drass.'
'Garo estel, Gwendolyn! Hiritham.', pent Edryn a adcheriant baded.

Amvadel Gwendolyn rent 'irel i nagor ngortheb neder oer io. Na vinui toler siniath o gebil ú-belain na Ordd, bâr dîn, aphadol toler edain chernennin i mronner i auth in yrch anglennol. Nan meth taul gwanod in edhil a thoged dulu in edain.

Gwendolyn rent i nîf alfirin in edhil, gael sui Anor. Pennir nan ierwain Ordd, pennir o hauth ar o duir e-duath o amrûn, o nguldur ar o neigor in edhil dan i thuir hin. Ar edain od Ordd mabanner 'rynd, ich ar naim am maethad dan i chyth anglennol. Nan meth glamhoth doler o thalath. Cíniel in yrch in edain od Ordd darthanner dholen.

Ar Gwendolyn rent i dharthad. Aul. Gostol darthant, min gaim vagol iaur, ú-bolel maethad. Auriel elleth taul ar pent bith en estel, dan Gwendolyn hen ú-lastant.

Nan meth in yrch doler. Pilin revianner, ar lastant 'lam a nallad e-hernennin. Bragol Auriel vaethant, a Gwendolyn ú-'arn lû nauthad. Orthant i vagol în ar i amar thiant sui ael en-iâr.

Gwendolyn ú-rent i nagor, dan rent Auriel dangen, i nîf dîn main alfirin 'waur mi moth. Ar mellyn rim firianner. Berianner Ordd hi, dan istas yrch errim telithar aen.

Ned aur aphadol gwaith bain govanner min gar en-einior in edain an athrabeth. Dan pídiel o naid rim ú-chirianner nangweth. Na vedui Gwendolyn, Edryn a gwanod dithen in gwaith bennir na Morvyn, bess idhren, i guiant ereb min dawar. Nef fuin anglenner i gar dithen garel daus.

'Ce farn rim.', lastanner i lam Morvyn e char. 'Ereb neled pelir minnad.' Ar ereb Gwendolyn a tâd biss verthanner minnad. Min gar nostanner helaib a osp aer. 'Amman tolech?' Morvyn bent. 'Tolem al lastad man pelim cared ae in yrch athelithar.', pent Gwendolyn. Morvyn dharthanner nauthol. 'I thuir in-eryd istar nangweth aen.', pent lhossui. Tolthant galph ar cent nan nen dhûr. Gwendolyn dharthant. Na vedui Morvyn bent na lam brestannen:

'Io anann i thuir in-eryd berianner i 'waith vîn. Dan sír ú-cheniam in eryd, ú-amvedim i thaen ar ú-lastam i lam i-sern. Boe echaded 'wain i 'wedh iaur ammen. Boe baded nan ambrand i-thaen.'

'Man berthatha baded?', pent Rhianna. 'Si ethuil, delib idh raith ar ae amvedim hi pen fîr aen.' - 'Dan boe baded hi.', Morvyn bent. 'Nan daen túliel, man boe cared?', pent Rhianna. 'ú-iston.', Morvyn bent. 'úvan ista. Hirithach ennas.'

Caun Edryn meth idhor Gwendolyn o naid 'wainn. O thaen ovras e-loss dannant. Lagor Gwendolyn i raph în tangant nan gond. Mathant loss ring ar hûl danc i rithant hen nan iâ. Bragol i raph narchannen. Na 'alu gant harn a bronnen i loss dhannol. Giriel cent nan nûr. 'Ce harnen?', pent Edryn or sen. 'ú-charnen.', aun i nangweth. 'Dan goston. Ae ú-nallannech aen, dannen. Sui Olwen dannant.'

Gwendolyn rent dhant Olwen ned enedh en-fuin. Nallant thent, aphadol am 'land en-iâ gwannant. Ereb loss dhinen dannant ú-brestannen. Tâd adbanner am.

Garel loss ring nan lebid în na vedui toler nan ambrand i-thaen. Anor ú-orthant, dan aur anglennant lagor. Edryn gent nan gâw e-heleg ar e-loss. 'Si úvan!', nallant. 'Man boe cared hi ammen? Tolem nan had hen, Olwen firiant, dan hirim ereb loss! Mas i lam i-sern?'

Gwendolyn dharthant, i rainc în girnir. Aníriant lostad an uir, a nallad Edryn thiant ben-ind. Mathant i loss ring nuin dail în. Anor víthant i 'land Amar, ar taen belain thiliant na aur vinui. Ar bragol mathant îdh chall ar hîdh.

'ú-cheniach, Edryn?', pent Gwendolyn. 'In eryd uireb, yrch a cyth o Thrûn hain ú-drastar. I galad Anor, i thiliad e-loss - i dhúath ú-bôl orthored hain - bronathar.'
'Dan gwaith ú-vronathar, Gwendolyn. Gwaith vín firithar, ir in yrch telir.'
'Boe geliad i ngolu in-eryd an gwaith vín. Ir in yrch anglennar, boe baded na imlaid dhelin. Ennas in eryd veriathar ven. Boe gwaith vín sui eryd - i loss dhanna ned thrîw, i loss 'wanna ned laer, dan ú-drasta in eryd. Yrch an gwaith vín sui loss an eryd. In yrch ú-drastathar ven ae cerim i naid hin.'
'Sen ben-ind. Yrch ortherithar Ordd ar narthathar naur veleg.'
'Narthathar. Dan ú-ortherithar 'waith Ordd.'
'Sin i phith en eryd i lastad tolem?'
'Mae, Edryn. Si henion i lam in eryd.'

Ar aphadol bennir dadbenn, tâd edain brestennin, dan ereb Gwendolyn 'arel estel.

Meth.







Au dessus des sommets des Montagnes Brumeuses


C'était l'aube, mais le soleil n'était toujours pas apparu. Et il faisait froid entre les pics, froid comme en hiver. Seul le vent agitait la neige et faisait des figures toujours nouvelles. Les champs de glace brillaient d'un éclat blanc et silencieux. Les vallées apparaissaient comme des abîmes de ténèbres. Enfin on entendit quelque chose dans le silence; deux humains qui peinaient à escalader la montagne, un homme et une jeune femme.

En s'arrêtant, la femme dit à l'homme: 'Stop, je dois rester, Edryn.'
'Bien Gwendolyn. Mais le plus haut sommet n'est pas très loin.'
'Regarde, les vallées des loups-garous au-dessous de l'ombre de la nuit. Et l'éclat argenté de la brume du matin. C'est beau.'
'Oui. Mais je peux voir la fumée et les feux de notre patrie. Les Orques incendient les maisons de notre peuple.'
'Les batailles troubleront toujours la paix du monde. Quand viendra la fin de ces batailles?'
'Si nous trouvons les choses que nous désirons sur ce sommet, la fin viendra. Grimpons-nous?'
'Nous sommes venus ici pour trouver le savoir des montagnes, mais je doute maintenant.'
'Garde espoir, Gwendolyn! Il le trouvera.' dit Edryn et recommença de marcher.

Alors qu'ils continuèrent, Gwendolyn se rappela de la terrible bataille du col neuf jours plus tôt. D'abord, des vagues vinrent des villages proches vers Ordd, son foyer, d'hommes blessés qui avaient survécu à la guerre des Orques qui s'approchaient. A la fin vinrent une quantité l'elfes pour porter secours aux hommes.

Gwendolyn se souvenait des visages immortels des elfes, brillants comme le soleil. Ils avaient parlé au plus ancien d'Ordd, ils parlaient de guerre d'un pouvoir d'ombre de l'Est, de magie noire et de batailles des elfes contre ce pouvoir. Et le peuple de Ordd avait saisi des matraques, des lances et des marteaux pour combattre l'ennemi qui s'approchait. Enfin l'armée des Orques vint de la plaine. Ayant vu les Orques, les hommes de Ordd attendaient, cachés.

Et Gwendolyn se souvenait de l'attente. Il avait plu. Dans la terreur elle avait attendu, dans ses mains une vieille épée, ne sachant pas comment combattre. Auriel, une jeune fille elfe vint et dit des mots d'espoir mais Gwendolyn ne l'entendit pas.

Enfin les Orques vinrent. Les flèches volèrent et elle entendit le vacarme et les cris des blessés. Soudain Auriel combattit, et Gwendolyn n'eut pas le temps de penser. Elle leva son épée et le monde apparut comme une mer de sang.

Gwendolyn ne se rappelait pas la bataille, mais elle se souvenait de Auriel tuée, sa belle immortalité souillée dans une mare. Et beaucoup d'amis étaient morts. Ils avaient défendu Ordd maintenant, mais elle savait que davantage d'Orques viendraient.

Le jour suivant, tout le peuple de Ordd se rassembla dans la maison du plus ancien pour un conseil. Mais, ayant parlé de beaucoup de choses, ils ne trouvèrent pas de réponse. A la fin, Gwendolyn, Edryn et un petit nombre de personnes allèrent vers Morvyn, une femme sage qui vivait seule dans la forêt. De nuit, ils s'approchèrent de la petite maison avec un toit de paille.

'Vous êtes assez près' entendirent-ils de la maison. 'Seuls trois peuvent entrer.'
Et seulement Gwendolyn et deux femmes osèrent entrer. A l'intérieur de la maison, elles sentirent des herbes et de la fumée sacrée. 'Pourquoi êtes-vous venus?' demanda Morvyn. 'Nous sommes venus pour entendre ce que nous pourrions faire si les Orques revenaient.' répondit Gwendolyn. Morvyn attendait pensive. 'Les pouvoirs des montagnes devraient connaître la réponse.' dit-elle en soupirant. Elle alla chercher un récipient et regarda dans l'eau sombre. Gwendolyn attendait. Enfin Morvyn dit avec une voix changée:

'Il y a longtemps, les pouvoirs des montagnes ont protégé notre peuple. Mais aujourd'hui nous ne comprenons pas les montagnes, nous ne gravissons pas les sommets et nous n'entendons pas le langage des pierres. Nous devons forger le vieux lien à nouveau. Il est nécessaire d'aller sur le plus haut sommet.'

'Qui osera y aller?' demanda Rhianna. C'est la fin du printemps, les chemins sont horribles et si nous montons maintenant, peut-être que quelqu'un mourra.' - 'Mais vous devez y aller maintenant.' dit Morvyn.
'Et quand nous serons au sommet, que devons-nous faire?' demanda Rhianna. 'Je ne sais pas.' dit Morvyn. Personne ne le sait. Vous le trouverez là-bas.'

Un cri de Edryn mit fin aux rêves diurnes des choses passées de Gwendolyn. Du sommet, un tas de neige tombait. Rapidement, Gwendolyn attacha sa corde à sa jupe. Elle sentit la neige froide et un vent fort la poussa vers l'abîme. Soudain la corde fut cassée en deux. Par chance elle attrapa une pierre et supporta la neige tombante. En frissonnant elle vit devant le gouffre. 'Es-tu blessée?' demanda Edryn au-dessus d'elle. 'Pas blessée' répondit-elle. 'Mais je suis effrayée. Si tu n'avais pas appelé, je serais tombée. Comme Olwen est tombé.'

Gwendolyn se souvint de la chute de Olwen. C'était le milieu de la nuit. Elle avait crié un instant, puis elle disparut du bord de l'abîme. Seul la neige silencieuse tombait sans être troublée. Les deux continuèrent à grimper.

Ayant de la neige froide dans leurs doigts, ils arrivèrent enfin sur le plus haut sommet. Le soleil n'était pas encore levé, mais le jour approchait rapidement. Edryn regarda le sommet de glace et de neige. 'Ici il y en a un!' s'écria-t-il. 'Que devons-nous faire ici? Nous sommes venu jusqu'ici, Olwen est morte mais nous ne trouvons que de la neige! Où est la voix des pierres?'

Gwendolyn attendait, secouant ses bras. Elle désirait dormir pour toujours et le cri d'Edryn apparaissait vide de sens. Elle fit tomber la neige froide sous ses pieds. Le soleil embrassait le bord du monde et des pics lointains scintillaient dans la lumière du jour nouveau. Et soudain elle tomba dans une grande quiétude et une grande paix.

'Ne comprends-tu pas, Edryn?' dit-elle. 'Les montagnes sont éternelles, les Orques et les ennemis de l'Est ne les troublent pas. La lumière du soleil, la chute de la neige - les ténèbres ne peuvent pas les conquérir - elles durent.'
'Mais notre peuple ne durera pas, Gwendolyn. Notre peuple mourra quand les Orques viendront.'
'Il est nécessaire d'apprendre le savoir des montagnes à notre peuple.
Quand les Orques approcheront, nous devons aller dans les vallées cachées. Là les montagnes nous protégeront. Il est nécessaire que notre peuple soit comme les montagnes - la neige tombe en hiver, la neige fond en été, mais cela ne trouble pas les montagnes. Les Orques sont pour notre peuple ce que la neige est aux montagnes. Les Orques ne nous dérangeront pas si nous faisons ces choses.'
'Cela n'a pas de sens. Les Orques conquérront Ordd et vont allumer un grand feu.'
'Oui. Mais ils ne conquérront pas le peuple de Ordd'
'Est-ce les mots des montagnes que nous sommes venus entendre?'
'Oui, Edryn. Maintenant je comprends le langage des montagnes.'

Et puis ils descendirent, deux humains, changés, mais seule Gwendolyn avec de l'espoir.

Fin







"...et le vent souffla la chandelle... la Salle redevint obscure, hormis le feu qui couvait, immortel, dans l'âtre... c'était le signe que le récit était achevé..."

_________________
.
Lothenon Estelwing Tinúlach *Pethdan*,
parfois encore un peu *Fëanárdil*
Sindar ar Annúrandír, Ion en Ithil...

*I vael Ithil síla o magol nîn… Faer nórui, cened sael...*
*Estel, Meleth, Gwaedh, an daro thelion*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://pethdan.wordpress.com
 
Erin Daen Hithaeglir - Thorsten Renk
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Erin Brocovitch
» Noms de personnes
» La louve sans attache se présente à vous...
» Ce soir 23/01/2011
» Erin Butler - jeune et con

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
terre faë :: Le Village de Terre Faë :: La Salle de Feu-
Sauter vers: